Immigration

A vérifié et réduire

 

Je consacrerais de nombreuses publications sur ce sujet afin de donner le maximum d’information, sur un sujet qui devient centrale dans les médias et les politiques.

 

« Toute liberté inclut forcément le respect de la liberté d’autrui ;
En ce sens, elle inclut également et forcément une éthique. »

« L’Être libre n’a jamais peur de la Vérité, quelle qu’elle soit. »
« Être libre, c’est être apte à choisir le moyen, le support, l’ambition de cette liberté. » [5]

Je vis à Marseille, ville de 900.000 habitants, ville d’immigration et de métissage (180 communautés représentées). J’ai d’ailleurs trois enfants métisse (2 d’une mère sénégalaise et une d’une mère franco-ivoirienne).

J’écrivais en 2010 : « Quand je me rends au Sénégal, je visite l’âme du pays et non l’image de carte postale, ce qui se traduit par une visite décontractée sur le terrain permettant un contact avec les réalités locales. A Dakar, je connais très bien les quartiers de la Médina, de Pikine, de Guedawaye, des Parcelles Assainies pour y avoir vécu quelques jours ou visiter des amis (es). J’aime discuter avec les gens, palabrer sous les arbres. »

Je me suis rendu à plusieurs reprises au Sénégal et en Gambie en 2001, 2003, 2004 et en 2008. J’y ai fait des rencontres passionnantes, mais aussi découvert la misère. Dès 2001, j’ai entendu parlé des départs vers les Cannaries, des morts en mer et de la détresse des familles.

Lors de mon premier séjour, j’y ai rencontré celle qui sera la mère de mes deux premiers enfants, que j’ai épousé à St louis en mai 2004. mariage qui se soldera par une séparation et un divorce 7 ans plus tard.

Je suis allé une seule fois en Cote d’Ivoire en 2017 avec ma seconde épouse. Je m’étais intéressé à ce pays, deux décennies plus tôt lors de discussion avec mon mentor Alexandre. Nous parlions déjà en 1999 de crises sociales et de risque de guerre dans ce pays, mais aussi du développement économique de l’archipel « Saotomé et princip ». Ils avaient des partenaires dans ces deux pays, universitaires comme lui.

« Tout en étant français de naissance, de culture et d’éducation, je me sens tout autant à l’aise avec un chrétien, un Arabe [un musulman]  et un juif, […] Je continue, […] à me révolter et à m’irriter devant les problèmes des étrangers en France. […] Comme j’ai honte aujourd’hui de la manière dont n’importe quel peuple traites les étrangers, sous prétexte qu’il faut lutter contre l’immigration clandestine. Le paradoxe de la France, c’est bien d’avoir été une terre d’accueil et d’asile et en même temps d’avoir eu des habitants hantés par la crainte, la peur de l’étranger. Alors se produisent des vagues d’antisémitisme, de racisme, comme celle qui marque l’entre-deux-guerres, la Seconde Guerre mondiale, la guerre d’Algérie et de nos jours, à cause de la crise sociale et du chômage, l’attraction vers le Front National ou plutôt vers des forces d’extrême droite,  tant à droite qu’à gauche, d’un côté, nous Français, nous représentons une majorité viscéralement défensive et craintive devant, notamment les Arables, et dans une moindre mesure devant les Noirs, et, d’un autre, nous formons une autre majorité plus aimable, plus conviviale d’hommes et de femmes, pleine de chaleur et de bonnes dispositions pour les intégrer au bout du compte dans nos villes et villages, nos familles. N’avons nous pas, en France, plus de cinq millions de Nord-Africains dont une partie représente des nationaux de notre pays, des beurs ? L’Afrique, le Bassin méditerranéen, l’Islam, les iniquités et les injustices de l’ordre mondial, la lutte contre la pauvreté et la corruption, toutes ces problématiques ont constitué les fondements de ma sensibilité politique : contre les injustices et le fascisme et pour la démocratie, la liberté et la défense des droits de l’homme .[2]

Enfin, que nous le voulions ou non, les enfants et les jeunes nés en France de parents français où étrangers en situation régulière sont des Français à part entière et ont les mêmes droits et devoirs que nous. Il est intolérable de constater que quand « Zinédine », Français joue au football, il est français ; et quand « Zinédine » est un criminel où un délinquant, il est français d’origine algérienne. Il y a un problème important qui produit un effet néfaste auprès de cette jeunesse en leur faisant croire qu’ils sont des « sous-français » alors qu’ils sont français à part entière.

Nous sommes tous français d’origine différente, il y a peu de vrais français. De mon père, je suis français – depuis Henri IV- et Italien ; de par ma mère, je suis Italien, Sicilien, Corse et Espagnol, un Européen. Ma grand-mère – veuve –  s’est remarié avec un Kabyle, et a eu deux enfants. Sa première fille, s’est mariée avec un Marocain et ils ont eu 4 enfants. Moi-même je me suis mariés avec deux africaines.

La France de notre époque est un pays métissé avec des parents d’origine européenne, magrébine, africaine ou d’une autre région du monde. Il faut l’accepter pour vivre en harmonie et en paix.

Prenons le cas de mon ex-épouse, elle est Casamançaise de sang et Sénégalaise de cœur ; notre fille et notre fils sont métisses et français (droit du sang et du sol), ses ancêtres ont été « sous domination » Portugaise, puis Française depuis le XVII siècles et jusqu’au indépendance de 1960. Elle est donc plus française que ma mère par exemple.

Je me suis remarié en décembre 2016 avec une jeune fille ayant la double nationalité Française et Ivoirienne, née en Côte d’Ivoire et qui est arrivée à l’adolescence en France.

Leurs ancêtres ont combattu pour la France, ont appris le français à l’époque et leurs parents aiment profondément notre pays.

Malheureusement cette amour qui était sein à une époque, ne l’est plus aujourd’hui. A cause de la pauvreté, de la précarité, du manque de travail, la jeunesse fuit et prend tous les risques dans l’espoir de vivre mieux en Europe. Grande désillusion pour nombre d’entre eux, malgré les sacrifices, la distance, la solitude.

Je ne serais jamais si ma première épouse m’a épousée parce que j’étais blanc, français et dans le seul but de venir vivre en France pour aider sa famille. Il y a l’immigration clandestine, puis l’immigration légale par le mariage. J’ai subit la manipulation et le mariage blanc. Des africains prennent des risques en mer pour venir eu Europe, d’autres séduisent des occidentaux et se marient avec eux pour obtenir les Papiers (carte de résident et surtout la nationalité Française), quitte à tuer leurs époux où les rendre malades. Sans aucune gratitude, elle essaie de détruire leurs vies par des Mensonges, tromperies et diverses manipulations.

Dieu nous enseigne : « L’héritage des pères : maison et fortune, mais une femme avisée vient de Jéhovah. » [Proverbes 19:14]. Mais si l’on ne choisit pas ses parents, Dieu nous aide à avoir une femme juste. Je pensais l’avoir rencontré en 2016.

 

Situation politique

Notre système est à l’agoni, mais nous continuons de l’exporter et de ruiner d’autres économies comme en Afrique. Il est vrai que «la France ne peut accueillir toute la misère du monde», mais elle participe à la mondialisation de la misère. La différence de niveau de vie et de revenu est devenue trop importante entre le Nord et le Sud, l’Europe et l’Afrique, le Mexique et les Etats-Unis et entre la Chine et le monde. Près de 500 millions de jeunes seraient prêt, s’ils avaient 1 000 € à tenter une émigration illégale vers un pays développer, c’est plus que la population totale de l’Union Européenne ou deux fois celles des USA. Le flux et la pression migratoire prouvent que cette différence est devenue insupportable pour des millions d’humain. Pour beaucoup, partir c’est une nouvelle vie ou la mort, mais ils auront essayé quelques choses et seront morts dans « la dignité ». Je propose un programme économique novateur qui permettra de construire un équilibre et réduire la pression migratoire entre nos continents. Car  si les jeunes ont un travail et un revenu décent, ils n’auront pas la volonté de tenter l’aventure et pourront vivre heureux dans leurs pays d’origine. Dans mon premier livre « Le Joola, le naufrage de la honte » je consacre tout un chapitre sur l’aide au développement au Sénégal, 2 ans après ce que je redoutais s’est produit, triste.

Situation économique

« L’impact de la crise mondiale que nous subissons actuellement va être très importante, comme je l’ai écrit plus haut, plus de 500 millions d’Africain pourraient essayer d’émigrer en Europe, en réalité en comptant les conjoints, la population de moins de 30 ans, c’est plus de 800 millions de personnes qui sont concernées. Les problèmes économiques actuels, la flambée du prix des matières premières et alimentaires (Riz, lait, poulet, poisson), ainsi que du coup de la vie, va forcer une nouvelle vague très importante de tentative d’immigration vers l’Europe. »

Lire la suite

 

Immigration

Il est indispensable de faire la distinction entre les migrants et les réfugiés climatiques, économiques et victimes des conflits. Il est indispensable d’accueillir des migrants (dont une minorité non qualifié (moins de 30% devant avoir un niveau scolaire inférieur au BAC) et la grande majorité employable afin de répondre aux besoins de mains d’œuvre de nos entreprises.

Les données

Accès à la nationalité :

  • 21.000 par mariage
  • 56.000 par naturalisation

255.000 titre de séjour délivré en 2018 :

  • 83.000 étudiants
  • 33.000 économiques
  • 90.000 familles (regroupements familiales et conjoints de français)

La France a accordé 43.000 droits d’asile en 2018, et a reçu 122.743 demandes en 2017 et 100.412 en 2017.

 

Situation mondiale :

En conclusion d’après les Nations-Unies, « chaque jour, dans le monde, plus de 28 000 enfants de moins de cinq ans meurent de maladies qui pourraient être soignées ou évitées, 1 400 femmes meurent durant leur grossesse ou lors de leur accouchement.

L’eau est souillée dans plusieurs pays, il est indispensable de la rendre potable par des procédés peux coûteux qui existent pour la filtrées et réduire les maladies virales.

Tant de problèmes pourraient être évité si nous habitant des pays du Nord aidions contrairement et directement les populations locales à vivre mieux, à élever leurs enfants dans la dignité, à vivre de leurs terres, de travailler pour un salaire permettant de subvenir aux besoins de toute la famille, à ne plus risquer de mourir en mer pour rejoindre une chimère « l’EL DORADO Européen) et enrichir les passeurs au détriment de l’investissement dans le pays.

Dans le monde « 547 enfants meurent chaque jours des conséquences directes d’un conflit armée et plus de 1 600 enfants sont handicapés à vie ou gravement blessés »[3] Dans certains pays en guerre, certains enfants ont été des soldats et ont tué d’autres enfants non armé et des civils (près de 500 000 morts par ans), d’autres ont été entraînés a détecté des mines en marchant sur des champs avec des conséquences dramatiques. UN AK-47 vaut moins de € 100 en Afrique et il y aurait plus de 100 millions de ces mitrailleuses en circulation dans le monde, qui compterait plus de 800 millions d’armes de guerre. En 20 ans, le commerce des armes sur le continent africain aurait rapporté plus de $ 300 milliards aux vendeurs et trafiquants en tout genre au détriment de l’aide à la population.[4]

 

Éléments du dossiers

L’émigration et la bible

Témoignage sur la pauvreté de Romelu Lukak

 

 

Articles recommandés

La France doit revoir sa politique migratoire

 

Le drame de l’immigration clandestine

 

 

 

 

Conclusion

Les Etats occidentaux, tout comme la banque mondiale et le FMI ne devraient aider que des programmes d’infrastructures et laisser les associations et ONG s’occuper de la santé, de l’éducation et du microcrédit en soutenant financièrement ses structures qui ont des fonctionnements moins lourds que ses institutions étatiques et bureaucratiques.

Enfin, il faut créer des emplois, encourager fiscalement le soutien à création d’entreprises et d’emplois dans ces pays en développement et de permettre aux « cerveaux » et spécialistes (médecins, avocats, ingénieurs) de rester travailler dans leurs pays.

Il est indispensable de renforcer l’offre en matière de microcrédit, d’augmentation le taux de scolarisation et de défendre l’environnement pour créer le Sénégal du XXIéme siècle.

Nous produisons plus que ceux que notre planète peut nous fournir, il y a donc un énorme problème à court terme, en particulier avec le développement rapide de la Chine et de l’Inde qui consomment de plus en plus de ressource. Enfin, lorsque le continent africain va évoluer, il consomme également des ressources importantes.

 Immigration mondiale :

L’Afrique compte aujourd’hui 1,3 milliards d’habitants, en 2050, ils seront 2,5 milliards. De son côté l’europe comptera au mieux 450 millions d’habitants.

Entre 1850 et 1914, un européen sur cinq, soit 60 millions sur 300 millions, a émigré, dont 43 millions aux Etats-Unis. (Marianne du 22 juin 2018)

Voyons le problème autrement, d’une manière rationnelle. Les français ont tendances à croire leurs représentants qui transmettent une peur irrationnelle de l’autre.

La France a connu plusieurs vagues migratoires au court de sa longue histoire et peux d’entre nous peuvent se prétendre être un vrai français.

Pendant des décennies, la France a connu principalement une immigration européenne, principalement d’origine Grec, italienne et espagnole, tous chrétiens comme la majorité de locaux, mais qui ont été rejeté en leur temps par la peur.

Puis il y a eu la vague post coloniale et après les deux grandes guerres qui ont conduit à une vague importante en provenance des anciens territoires coloniaux. Un grand nombre n’était pas chrétien, ni de la même couleur de peau que la majorité de la population. Des premiers arrivés ont été victime d’une discrimination importante, car certains français avaient en tête les images des zoo ou des africains étaient exposés au côté de singes.

Il faudrait des années pour que certains comprennent que tous les hommes naissent libres et égaux en droit, en devoir et doivent vivre la même vie.

Nous avons besoin d’une immigration régulière et contrôler et nous devons aussi aider les jeunes dans les pays en développement à créer des activités génératrices de revenus pour éviter une immigration illégale et des drames. Combien sont ils à subir l’humiliation, la prostitution, l’esclavagisme enquête d’une meilleure vie.

Ils ne sont pas a blâmé, car nous ferions pareille dans la même situation. Sans espoir, l’être humain n’a pas de perspective d’avenir.

Ne vous y trompez pas, je ne suis pas favorable à l’immigration de masse et lutte contre l’immigration irrégulière et ses conséquences par la prévention. Tout comme Michel Rocard, je constate que notre pays ne peut accueillir toute la misère du monde. Je crois beaucoup au développement économique, à l’aide au développement en finançant des projets sérieux, hors cadre gouvernementale et en soutenant la société civile, les associations et fondations privées.

Dans mon article intitulé « L’émigration et la bible » je rappelle quelques principes bibliques. Pour résumé, depuis toujours les peuples ont migré d’une terre à l’autre. Dieu nous commande d’accueillir l’étranger, mais également de faire attention. « « Si tu introduis chez toi l’étranger, il y jettera le trouble et te rendra étranger aux gens de ta maison » (11,34).

Dieu nous commande également d’aider notre prochain, de nourrir les pauvres, mais il nous commande également d’obéir aux autorités de nos pays et aux lois humaines, sauf si elles sont contraires à la Bible. Traverser la méditerranée, au risque de sa vie pour raison économique est une infraction, traverser pour sauver sa vie menacée, est un droit divin.

Nous devons donc être prudent et devons sélectionner les personnes qui peuvent venir vivre en paix dans notre pays, y trouver refuge, y travailler et soutenir leurs familles.

Nous devons accompagner l’afrique dans le développement durable, afin d’éviter que le continent ne génère 20% de la polution mondiale, responsable de millions de morts.Présentement 600.000 africains meurent des suites de la polution de l’air domestique.

le réchauffement climatique pourrait causé le déplacement de près de 100 millions de personnes vers le nord et l’europe !

 

 

 

 

 

Sources :

[1] Page 13 du livre « Mes familles, nos mémoires, De l’Empire Ottoman à nos jours » par Guy de Lusignan – Les éditions universelles – décembre 2004.

[2] Pages 16 et 17 du livre « Mes familles, nos mémoires, De l’Empire Ottoman à nos jours » par Guy de Lusignan – Les éditions universelles – décembre 2004.

 [3] Extrait du rapport 2006 de l’Unicef.

[4] www.oxfamfrance.org

[5] Citation d’Evelyne L.

 

error: Content is protected !!