Le mariage

Introduction

Le mariage est important, ce chapitre comportera plusieurs articles sur cette thématique.

 En voici un résumé des points importants et les liens des articles complémentaires.

 Le mariage est une institution et une bénédiction divine, qui depuis un siècle a été banalisé par les politiques et réduit à un arrangement entre deux personnes, qui souhaitent vivre ensemble. Si sa marche temps mieux, sinon, ils peuvent se séparer (divorcer).

Nous sommes loin de ce bonheur, trop de couples divorcent, laissant des millions d’enfants dans la douleur.

Des personnes préfèrent vivre en concubinage ou profiter de la vie, sans s’unir et ne pas s’engager. Vu la situation, n’ont-ils pas raison ?

L’homme est responsable de la famille et la femme de son foyer, qu’elle doit construire avec amour pour le bien-être de tous les membres de la famille.

Chacun doit sacrifier, se sacrifier pour le bonheur de l’autre.

Nous devons avoir le discernement de l’esprit et comprendre que le premier prétendant n’est pas forcément le futur conjoint et que la beauté extérieure peut refléter un esprit démoniaque.

 

Les valeurs du Mariage

N’oublions pas que le Mariage est avant tout une institution divine, ce n’est pas un jeu, c’est un engagement très important.

À l’origine, le mariage a été instauré par DIEU, notre créateur, et il est le socle de la vie humaine. Le mariage biblique est l’union entre un homme et une femme. « Et l’homme dit: voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! On l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » (Genèse 2:23-24).

Depuis, le droit humain a autorisé “le mariage” entre deux personnes du même sexe.

Le mariage est d’ailleurs la première alliance entre l’homme, la femme et Dieu, bien avant ceux avec les prophètes et hommes de la Bible.

« Le mariage est une institution divine, établie dès le commencement. Par le mariage, Dieu empêche la société humaine d’être une confuse multitude d’individus dispersés ; il l’organise sur la base de la famille dont la cellule est le couple, uni selon sa volonté. Le Seigneur veut que le mariage soit saint et honoré de tous (Hé.13/4). Il déclare apostats ceux qui, prônant l’ascétisme, se permettent de l’interdire (1Ti.4/1-3). »[1] La femme est l’assistante de son mari et ne peut vivre sans mari et l’homme ne peut vivre sans femme. « Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme. Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de même l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu. » (1 Corinthiens 11:11-12) « Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. » (Hébreux 13:4)

Il est une alliance entre un homme et une femme, « il est le symbole vivant de l’union de Christ avec l’Eglise (éphesien 5.23-34) : « parce que le mari est le chef de la femme, comme aussi le Christ est le chef de l’assemblée, lui, le sauveur du corps.  Mais comme l’assemblée est soumise au Christ, ainsi que les femmes le soient aussi à leurs maris en toutes choses. ».

L’institution du mariage est simple à comprendre.

L’homme et la femme quittent chacun leur famille pour s’unir et vivre sous le même toit. Ils fondent ensemble un foyer, puis une famille qui est constituée après la naissance du premier enfant, qui les unit comme une seule chair.

Ensemble, ils deviennent indépendants matériellement, financièrement, spirituellement, traditionnellement, coutumièrement de leurs parents.

« L’homme doit s’unir à sa femme comme Christ est uni à son Église. L’union entre l’homme et sa femme doit être :

         – vitale,

         – indissoluble,

         – physique,

         – spirituelle…

Cette union exclut d’office le divorce, l’adultère, la polygamie, l’immoralité, l’homosexualité…

Cette union implique :

– les devoirs réciproques,

– le régime de communauté de biens,

– la forme monogamique de mariage.»[1]

En résumé, selon la parole de Dieu et les traditions, le mariage c’est comme une colonne vertébrale, avec :

  • l’amour porté à l’autre
  • Le respect l’un de l’autre
  • Un projet de vie commune
  • la soumission de la femme à son mari
  • les relations intimes (dormi dans le même lit et avoir des rapports intimes).

Selon les textes anciens, qui régissent les relations humaines bien avant les lois modernes, la femme doit être soumise à son mari, respecter son autorité (sous le contrôle de Dieu) conformément à la volonté de Dieu « Femmes, soyez soumises à vos propres maris comme au Seigneur » (Éphesien 5.22). Le problème de la traduction pourrait se poser, car à l’origine la Bible moderne est traduite en grec, puis en latin et enfin en France. Certains mots n’ont pas de traduction en français. Il est nécessaire d’avoir un autre regard.

En retour « Les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps » (Ephésiens 5:28).

Traitez votre femme avec honneur et respect (1 Pierre 3:7).

Considérez votre femme, non comme inférieure à vous, mais comme une coéquipière capable (Genèse 1:31 ; 2:18).

« Maris, continuez à aimer vos femmes, […] que chacun de vous, pour sa part, aime ainsi sa femme comme lui-même » (Ephésiens 5:25, 33).

 Pourquoi se marier

La réponse est multiple : fonder un foyer, vivre avec une personne, exprimer l’amour intime, donner à la vie et éduquer ses enfants. « La femme est tirée de l’homme de même que l’homme existe par la femme » (1 Corinthien 7.2-9)

Mais aussi pour se préserver de l’immoralité et de la fornication (relation sexuelle hors mariage).

Naturellement une femme va chercher à se marier pour fonder un foyer et avoir des enfants, ce qui n’est pas le cas de l’homme, qui va d’abord rencontrer une femme, fonder un foyer et avoir des enfants.

Le besoin à la base n’est pas le même, pour la femme, la maternité et pour l’homme, le désir sexuel et ne pas être seul.

De nos jours, chacun a sa vision du mariage, mais il faut se poser la question de pourquoi je veux me marier ?

Un bon mariage nécessite de choisir le bon conjoint.

L’AMOUR est un sentiment fort, il faut être capable de dire « j’ai besoin de toi », je t’aime, mais pas trois secondes, mais toute une vie. « Quand je te dis je t’aime, je ne le dis pas par habitude, le le dit pour te rappeler que tu es la plus belle chose qui me soit arrivée ».

« Ton homme ne sera peut-être pas le plus beau de toutes tes conquêtes, mais en tout cas, il aura réussi là où les autres ont échouées ».

 

L’Amour, la sexualité, le mariage selon la Bible :

 « La « tradition judéo-chrétienne » qu’évoquent volontiers journalistes, sociologues et psychologues, est jugée dépassée, inadaptée, souvent même ridicule, lorsque, par exemple, elle demande la chasteté en dehors du mariage et même, pour des fiancés, avant le mariage. Elle est accusée d’être à l’origine de multiples névroses, de souffrances, de frigidités et d’impuissances.

[…] Dans un ouvrage qui rassemble les résultats de nombreux sondages et enquêtes, Francoscopie, Gérard Mermet conclut : « La révolution sexuelle n’a pas apporté le bonheur attendu. C’est sans doute ce qui explique l’espèce de déconvenue actuelle vis-à-vis du sexe ». Enfin, parce que si ce qu’on appelle – à tort le plus souvent – la « tradition judéo-chrétienne » a pu parfois contribuer à susciter la peur du sexe, sa mise au cachot, une culpabilisation excessive dès qu’il était question de « cette chose-là », cela n’est pas vrai de la Bible.

 […] En fait, tout au long de l’histoire, toutes les civilisations se sont efforcées de réglementer le comportement sexuel des humains, à cause de l’instabilité des pulsions sexuelles et des excès auxquels elles peuvent conduire. Une grande partie de ce que l’on reproche à la « tradition judéo-chrétienne » apparaît être un phénomène quasi-universel.

Il y a cependant une approche spécifiquement chrétienne de la sexualité (très proche de celle du judaïsme), c’est celle que l’on trouve dans la Bible.

Il faut bien comprendre que la Bible n’est pas un manuel de morale et qu’on n’y trouve pas un chapitre intitulé « la sexualité » qui nous donnerait toutes les réponses aux questions que nous nous posons.

La Bible est en réalité une bibliothèque, composée de livres très divers, écrits au long d’une longue période. Il ne faut pas s’étonner d’y trouver des approches différentes, des éclairages divers sur la sexualité et le mariage. Cependant, malgré des variantes qui s’expliquent par l’histoire, on peut y discerner une réelle cohérence et c’est cette cohérence que je voudrais chercher à dégager.

1- La sexualité est voulue de Dieu : la première chose qui apparaît clairement et de façon constante, c’est que la sexualité humaine fait partie de la volonté du créateur.

[…] La sexualité n’apparaît jamais dans la Bible comme quelque chose de mauvais, un raté de la création. Elle est voulue par Dieu. La mépriser, la considérer comme honteuse, c’est faire injure au Créateur. Nous devons la recevoir comme un don de Dieu.

[…] 3- La sexualité peut être mal utilisée : mais les humains peuvent faire un mauvais usage de leur sexualité. S’il n’y a pas de tabous, il y a des lois. Précisément parce que les hommes et les femmes sont responsables de l’usage qu’ils font de leur sexualité. Le fait est qu’ils en font souvent un mauvais usage, un usage contraire à l’amour : le viol en est sans doute l’exemple le plus évident.» (source)[2]

 

Ce n’est donc pas le sexe qui est le problème, mais son usage.

 

 Âge

En France, il faut être majeur, sauf cas exceptionnel et avec l’accord de la justice.

 

Définir un projet commun 

 S’unir ce n’est pas que vivre ensemble, c’est aussi définir un projet commun.

 « Une vision commune se définit par plusieurs critères :

  • partager des valeurs communes,
  • créer des rites,
  • trouver sa place et son rôle dans le couple,
  • et… partager des projets! »

 

Vision de la femme

La femme rêve du prince charmant. Elle est élevée dans le culte de l’homme parfait, grand, beau, fort, riche, qui correspond en réalité qu’à une infime minorité des hommes disponibles.

En même temps, les femmes voulant leurs indépendances.

Inconsciemment, au bout d’une période plus au moins longue et après avoir eu des enfants, elle va estimer qu’elle n’a pas besoin d’un homme.

Elle a souvent un travail, un salaire et préfère être seule.

Or, l’homme a sa place, tout comme la femme à la sienne et c’est l’union des deux qui construit un foyer durable et solide.

 

Mariage religieux

Le mariage doit être validé par les autorités administratives (mairie), mais également pour les croyants devant l’assemblée (église, temple, mosquée), pour obtenir la bénédiction de Dieu. Encore faut-il que ladite assemblée et son représentant soient sous l’autorité de Dieu et non du diable. De nos jours, trop nombreuses sont les fausses assemblées, comme nous met en garde le livre des révélations (apocalypse).

Proverbes 14:1 : La femme sage bâtit sa maison, et la femme insensée la renverse de ses propres mains.

 Grâce

Celui a qui a grâce de Dieu a une facilité dans la vie, le plus qui fait la différence, car le Saint-Esprit vit en lui, pour montrer la Gloire de Dieu.

Proverbes 18:22 : Celui qui trouve une femme trouve le bonheur; c’est une grâce qu’il obtient de l’Éternel. »

 

Laisse-moi t’aimer 

 

Les engagements du mariage :

Voyons ensemble rapidement les engagements civils du mariage.

Il y a d’abord la communauté de vie.

« Les devoirs et droits respectifs des époux sont exposés par les articles 212 à 226 du Code civil. L’article 212 dispose notamment que les époux se doivent respect et fidélité. Ces dispositions s’appliquent par le seul effet du mariage, quel que soit le régime matrimonial. »

Des limites sont imposées, notamment sur le devoir conjugal.

 

La famille

La famille est l’un des socles de l’humanité, le mariage a pour but de construire une famille.  

« Chaque membre de la famille a des responsabilités envers les autres et doit les assumer pour le bonheur de la famille.

Le père est le chef : Dieu a établi la famille comme l’unité de base de la société. Chaque famille doit avoir un chef. Par conséquent, Dieu a assigné au mari la responsabilité d’être le chef de la femme (Ex.6/14) et de la famille (Ep.5/23-33, 6/4). Cette responsabilité doit être exercée dans l’amour, la douceur, la considération pour sa femme et sa famille (Ep.5/23-33, 6/4). Dieu a confié certaines responsabilités au mari en tant que chef de la femme et de la famille :

– Pourvoir aux besoins spirituels et domestiques de la famille.

– Aimer, protéger et assurer le bien-être de son épouse de la même manière que Christ aime l’Église.»[1]

 Les enfants sont au coeur de la famille, mais ne sont pas la priorité des conjoints qui doit toujours être le couple.

 

 Question d’argent

La première règle de gestion financière est d’apprendre le contentement.

Philippiens 4 : 12 (Louis Segond) « Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette »

 Ceci est possible grâce à une gestion financière stricte et le contentement. Ne pas convoiter ce que les autres possèdent, payer ses charges fixes (logement, alimentation, factures), aider ses proches, épargner et investir pour préparer l’avenir.

C’est l’un des objectifs de mon site argent-content.com, qui me permettra d’apporter mon aide aux autres et les conseils utiles pour vivre mieux dans un monde de tentations et de difficulté.

 

Mariage rapide

Aujourd’hui, il est très facile de se marier.  Vraiment, il suffit de deux personnes (de sexe opposé ou du même sexe), qui déposent un dossier à la mairie, qui après vérification d’un non-recours après la publication des bans, donne une date au couple.

Ils se présentent avec deux témoins et peuvent être mariés devant un officier d’état civil (le maire ou l’un de ses adjoints).

IL n’y a aucune formation ni information sur les devoirs et obligations des futurs mariés.

Par contre, le divorce est coûteux, une procédure longue et déchirante qui détruit les relations humaines. Là, les avocats interviennent très facilement, dans une activité très lucrative.

À la base, une meilleure information aurait permis d’éviter bien des drames, déceptions et désillusions.

Il ne faut pas une demande légitime pour divorcer et il est préférable d’accepter un divorce par consentement mutuel pour éviter une procédure longue et couteuse. Vous pouvez donc divorcer sur un coup de tête, sur un quiproquo ou après un problème personnel (perte d’emploi, maladie)

 

Réalité

De nos jours, nous sommes loin de ce bonheur, trop de couples divorcent, laissant des millions d’enfants dans la douleur.  Des personnes préfèrent vivre en concubinage ou profiter de la vie, sans s’unir, créant une base de travail pour Satan. Compte tenu du nombre de divorces, n’ont-ils pas raison ?

Nos parents, nos pasteurs ou prêtres, nos amis ont une influence sur notre vie, nos pratiques quotidiennes et notre sexualité. Trop de personnes aujourd’hui sont inaptes au mariage, car « ils sont incapables d’être des maris et des femmes vivant sans crainte, sans culpabilité et sans honte. »[3]

 

Les difficultés

La souffrance humaine a une explication rationnelle, il suffit de la comprendre, pour changer les choses et arrêter ce massacre. Les violences faites aux femmes, sont un crime devant un dieu et un acte de reconnaissance devant son adversaire.

Dans les faits, les hommes et les femmes ne sont pas réellement formés au mariage, à la vie commune, à ses obligations, ses devoirs et ses enjeux.

 

 Divorce

Les mariés ont prêté serment d’être unis pour la vie, pour le meilleur et pour le pire. Or, souvent c’est lors du pire (chômage, maladie, handicap, décès) que les couples se brisent, car leur relation est artificielle, construite sur du sable !

Or, Dieu (le vrai) est amour et interdit le divorce, il n’aime pas les divisions dans les couples mariés.

 Le divorce est considéré par nombre d’entre nous comme un échec, une perte de temps, une douleur, une souffrance avec des conséquences dramatiques sur les enfants issues de cette relation.

Mais c’est avant tout une victoire de Satan. L’évolution de la société, le travail des femmes, leurs émancipations, leurs indépendances conduisent à nombre d’incompréhension et à une question fondamentale : qu’elle est la place de l’homme et de la femme dans la société et dans le mariage.

Les conséquences des actions du diable sur les couples : le Divorce et les querelles ; parce que « La femme n’étant pas à sa place, et les mariages actuels ne sont que des unions sans aucun fondement, la conséquence est le divorce ! »

« Qui peut trouver une femme vertueuse? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le coeur de son mari a confiance en elle, et les produits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie. » Proverbes 31:10-12

 L’émotionnel a pris une place importante dans les vies des humains, tout comme les charges spirituelle, mentale, sexuelle et émotionne.

 

Mon expérience

J’ai été marié deux fois : la première fois dans le cadre d’un mariage gris (7 ans) et la seconde fois dans le cadre d’un mariage religieux (qui est en cours de dislocation après 3 ans et demi d’une relation compliquée).

Dans le cadre de cette deuxième union, je pensais que DIEU m’avait fait la grâce de rencontrer et d’épouser une femme de CŒUR, aimante, et formidable avec mes enfants.

Mon premier mariage

Mon second mariage

 

Conclusion

Notre société a bien évalué depuis des décennies, mais dans le bon ou dans le mauvais sens. Je ne suis pas juge, je ne fais qu’un constat. Je n’ai rien contre les homosexuelles.

Nous ne devons pas oublier, qu’en théorie, le mariage est un engagement jusqu’à la mort, de plusieurs décennies et non de quelques années.

 Notre société manque de valeurs, de repères, nous en frayons les lois divines et républicaines à longueur de journée, ce qui n’est pas bien.

Le mariage est au cœur de la stratégie de Dieu dans nos vies et le noyau de l’humanité. C’est le premier commandement et la première alliance avec les hommes. Pour faire simple, l’homme et la femme sont unis par les liens sacrés du mariage. De cette union naissent des enfants, qui doivent grandir dans l’amour, la joie et la paix.

Les croyants devraient montrer l’exemple aux non-croyants, l’unité de l’église ou de l’assemblée et ainsi montrer la gloire de Dieu dans leurs vies.

De nos jours, nous sommes loin de ce bonheur, trop de couples divorcent, laissant des millions d’enfants dans la douleur.  Des personnes préfèrent vivre en concubinage ou profiter de la vie, sans s’unir, créant une base de travail pour Satan. Compte tenu du nombre de divorces, n’ont-ils pas raison ?

Nos parents, nos pasteurs ou prêtres, nos amis ont une influence sur notre vie, nos pratiques quotidiennes et notre sexualité. Trop de personnes aujourd’hui sont inaptes au mariage, car « ils sont incapables d’être des maris et des femmes vivant sans crainte, sans culpabilité et sans honte. »[3]

 

Articles du dossier

Les femmes

Monoparentalité

les violences faitent aux femmes

 

Mis en ligne le 1 janvier 2021

Sources

[1] Enseignement sur la femme du Pasteur Franck NDOUGA

[2] L’Amour, la sexualité, le mariage selon la Bible

[3] « Guérison des blessures émotionnelles » David SEAMANDS – édition FAREL – 1981

error: Content is protected !!